Principal Divertissement Bien que bien intentionnée, la « nostalgie » se noie dans sa propre tristesse

Bien que bien intentionnée, la « nostalgie » se noie dans sa propre tristesse

Jon Hamm dans Nostalgie Rue Bleeker/Youtube



Dans Nostalgie, le réalisateur Mark Pellington aborde la mort, la mort et comment gérer les effets personnels laissés par le cher défunt. C'est un coup dur pour quiconque a déjà perdu un être cher, mais près de deux heures, c'est trop long pour s'asseoir à travers une telle dépression. Finalement, le film devient également déprimant. Film bien intentionné et savamment joué, il se noie malheureusement dans son propre chagrin, assombrissant ses perspectives commerciales.

Pellington est un bon réalisateur qui s'est auparavant concentré sur les thrillers ( Arlington Road, The Mothman Prophecies). Il a du talent, et il sait certainement une chose ou deux sur les acteurs et comment les déplacer de manière convaincante devant les caméras. Dans ce collage de défis émotionnels post-mortem, un casting de premier plan travaille dur pour éviter la sentimentalité, mais le matériel les bat. Cela commence lorsqu'un vieil homme sur le point de mourir (Bruce Dern) reçoit la visite d'un évaluateur d'assurance froid et pragmatique qui évalue la valeur de ses biens. Ce qu'il a est principalement du désordre du passé qui ne concerne personne d'autre que lui-même, mais son agacement envers l'évaluateur pour son manque d'intérêt est compréhensible.

Poursuivant ses tournées désignées, le prochain arrêt de l'homme d'assurance est les décombres laissés par un incendie mortel qui a détruit la maison d'une femme (Ellen Burstyn) qui est accablée par la perte totale de tout ce qu'elle sait dans la maison où elle vécu 30 ans. L'évaluateur habituellement indifférent trouve qu'il est impossible de ne pas être ému. Chaque histoire a des détails que je n'ai jamais entendus auparavant. Personne ne veut me parler, mais je pense que le savoir rend mon travail beaucoup plus facile, dit-il. Peu convaincue, la femme récupère quelques reliques qui ont survécu à l'incendie (des bijoux, une balle de baseball nostalgique dédicacée par Ted Williams) et les emmène à Las Vegas, où le film passe de l'homme d'assurance à un marchand d'objets de collection compatissant (Jon Hamm) qui achète des antiquités et des souvenirs, comprenant trop bien pourquoi les personnes âgées victimes de tragédies refusent d'envisager l'aide à la vie et de recommencer. Leurs possessions sont leurs artefacts, leurs cicatrices. Et du coup, le dealer est confronté aux mêmes décisions déchirantes que ses clients.


NOSTALGIE 1/2
(2,5/4 étoiles )
Dirigé par: Marc Pellington
Écrit par: Mark Pellington et Alex Ross Perry
Avec : Jon Hamm, Bruce Dern, Ellen Burstyn, James Le Gros, Mikey Madison et Catherine Keener
Durée de fonctionnement : 114 minutes.


Ensuite, le film suit le marchand de sa boutique à Vegas jusqu'à la maison d'enfance de la ville natale où il a grandi pour aider sa sœur (Catherine Keener), son beau-frère (James Le Gros) et sa nièce (l'excellent Mikey Madison) nettoie les détritus laissés après que ses parents ont emménagé dans un condo en Floride. Jon Hamm, inondé de souvenirs, fait son meilleur travail depuis Mad Men dans une performance à la fois sensible et expansive, exposant des profondeurs de sa gamme jusqu'alors inédites à la télévision. Et le script coécrit par Pellington par Alex Ross Perry explique comment, après que tous les rappels physiques et matériels d'une vie soient partis, il ne vous reste plus que l'amour. Aujourd'hui, à l'ère du numérique, il est encore plus difficile de recueillir les traces d'un être cher ; toutes leurs données se trouvent sur des téléphones portables, des ordinateurs et même des photos numériques au lieu d'appareils photo et de négatifs. Malheureusement, ces révélations en Nostalgie sont à venir depuis longtemps.



Des Articles Intéressants